Construction automobile : une bonne note pour la Mazana II

IMG_7405

La réalisation du projet a nécessité 4 ans. En cours d’amélioration et de finition par rapport à l’aspect esthétique, le prototype Mazana II, le véhicule malgache conçu par la fameuse usine « Karenjy » du groupe « Le Relais Madagascar SARL» devra officiellement être lancé sur le marché en février 2016. Tous les paramètres ont minutieusement été pris en compte pour répondre à la réalité dans la Grande ile. D’où son slogan « Rehareha malagasy » (ndlr : litt. Fierté malgache).

D’après les explications de Clément Warnier, le chef de projet Mazana II, les points forts de ce véhicule résident sur sa simplicité, son habitacle spacieux, et surtout sa faculté à s’adapter aux routes malgaches. Toutefois, pour la phase de commercialisation en 2016, « Karenjy » prévoit de produire environ 1,5 véhicule par mois (durant les deux premiers mois de l’année), avant de passer à 3 véhicules par mois, voire un peu plus suivant les demandes du marché. Sachant que la production d’un véhicule dure en moyenne 4 semaines.

« Mazana II est une voiture simple et économique, surtout routière et utilitaire. Elle a un habitacle de 6 places. Cependant, elle est capable de sortir des sentiers battus comme c’est aussi un 4×4. Elle a un franchissement qui peut défier les autres véhicules de sa catégorie. Avec le premier prototype, nous avons pu parcourir jusqu’à présent 100.000 km à travers le pays sans aucun souci majeur. Notre principal objectif est la vente en fin janvier ou début février 2016» s’est-il fièrement exprimé.

Concept tout-chemin

En dépit de son aptitude de 4×4, Mazana II n’est cependant pas conçue pour être sollicitée tous les jours à faire de la piste et encore moins du hors-piste. D’où le concept de tout-chemin, contrairement à tout-terrain.

« Mazana II est avant tout une utilitaire et une routière. Elle n’a pas vocation d’être sollicitée à 100% tous les jours sur les terrains difficiles. Si vous pensez trouver en Mazana II la voiture avec laquelle vous irez en famille à la campagne toutes les fins de semaine, elle vous sera déconseillée. En effet, il ne faut pas abuser de ses capacités de 4×4 au risque de la fragiliser. Elle n’est pas faite pour cela. Mazana II n’est pas faite pour grignoter le marché des gros 4×4 mais plutôt à répondre aux attentes du marché malgache. D’où le concept principalement retenu de véhicule tout-chemin et non tout-terrain » a-t-il mis l’accent sur le sujet.

IMG_7370

Rapport qualité/prix

Concernant la compétitivité de Mazana II sur le marché de l’automobile à Madagascar, Clément Warnier se dit optimiste. En fait, « Le Relais Madagascar SARL » mise surtout sur le rapport qualité/prix de leur dernier-né. Toutefois, il n’a pas voulu dévoiler le prix que va coûter Mazana II.

« Nous sommes encore en pleine prospection auprès d’une clientèle bien ciblée, pour ne citer que les entreprises et les agences de voyage entre autres. De ce fait, les négociations sur le prix sont encore en cours » a-t-il prudemment rétorqué.

Cependant, d’autres sources non-officielles en coulisse nous ont soufflé que Mazana II pourrait être commercialisée à partir de 6.000 euros soit aux alentours de 21,6 millions d’ariary, pour sa version de base.

Toutefois, si on se réfère au prix de sa sœur « Lanja » (moteur essence Renault Express, 1.1 L) vendue à 16 millions d’ariary, soit le véhicule neuf le moins cher à Madagascar; Mazana II ne devrait pas décevoir en matière de prix.

Fiche technique

Doté d’un moteur diesel 1,6 L HDI de chez Peugeot, Mazana II n’a rien à envier aux véhicules derniers cris de sa génération. Ce robuste et fiable moteur conçu par PSA (Peugeot et Citroën) dégage une puissance de 112 CV. Concernant la boite de vitesse, Mazana II bénéficie du mode 4×4 Dangel (crabotage manuel, blocage différentiel AR). Avec ses 6 places et une caisse à l’arrière, sa charge utile est de 850kg, pour un poids à vide de 1.366 kg. La garde au sol est de 225 mm, avec des pneumatiques mixtes de 15 pouces 215/75 et des suspensions avec ressorts hélicoïdaux AV et AR. La carrosserie est en fibre de verre. Mazana II est également doté d’un système de freinage à disques AV et AR. Comme accessoires proposées, on peut citer la barre de toit et la bâche. A noter que la carrosserie et le châssis sont à 100% fabriqués par « Karenjy ».

« Il y a également la version à boite de vitesse sélective, c’est-à-dire qui ne nécessite pas le crabotage manuel. Concernant la consommation en carburant, Mazana II n’est encore qu’un prototype. Cependant  une chose est sûre : ce sera entre 6 à 9 L/100 » a confié Clément Warnier.

Impression au volant

IMG_7211

Durant les journées « Presse » organisées au siège de l’usine Karenjy à Ankofafalahy – Fianarantsoa les 25, 26 et 27 octobre, nous avons pu tester la Mazana II. A la sortie de l’usine, le chauffeur nous a emmené sur une piste sinueuse et cahoteuse pour démontrer les capacités de ce véhicule.

Le premier point positif remarqué est son gabarit adapté aux pistes étroites, contrairement aux gros 4×4. Toutefois, il serait plus judicieux pour le constructeur d’abaisser les sièges afin d’obtenir un minimum d’espace de sécurité entre les têtes des passagers et le plafond du véhicule.

Ne mesurant qu’1m75, j’ai en effet eu du mal à éviter de me cogner la tête contre le plafond à chaque fois que le véhicule tanguait du fait de l’état de la piste. A ce sujet, le confort n’est pas le point fort de Mazana II. Encore au stade de prototype, il est pour l’instant dépourvu de capitonnage. Autres points pour son amélioration, les pédaliers sont trop rapprochés. Ne chaussant que du 42, j’ai mis un peu de temps à m’habituer de ses pédaliers.

Cependant, une fois à l’aise au volant de Mazana II, on lui pardonne facilement ces quelques points d’imperfection, pour lesquels « Karenjy » a promis d’apporter les retouches finales. La première sensation est le puissant couple développé par le moteur diesel HDI, lequel répond bien plus facilement lors des accélérations. Surtout une fois sorti des pistes et arrivé sur la RN7, durant notre essai.

Dotée d’une bonne tenue de route, et équipé de commandes de feux assez faciles d’accès, Mazana II est le véhicule qui ne devra donner aucune difficulté de conduite même pour les novices.  Alliant en perfection son côté routier et utilitaire, Mazana II est loin de décevoir. Un de ses atouts, est également son côté économique, contrairement aux gros 4×4 qui consomment en moyenne entre 15 à 20 L/100. Une note de 7/10 que nous lui attribuons sans hésitation, en attendant les dernières retouches actuellement en cours.

Toute une histoire

IMG_7274

 

Depuis sa réouverture en 2009 par le groupe d’entreprise à but socio-économique « Le Relais Madagascar SARL », « Karenjy » emploie actuellement 65 salariés, dont 1% d’étrangers (spécialement sollicités pour leurs expériences). Des ateliers de production aux bureaux d’études, en passant par le pôle commercial et la branche logistique, la priorité est donnée aux malgaches.

Pour un petit historique, « Karenjy » a été créée pour la production de véhicules pour une quinzaine d’années, suite à une impulsion du gouvernement d’à l’époque. A sa création, « Karenjy » a exclusivement préféré travailler avec le constructeur français Renault. Dans les années 94-95, l’usine a fermé suite au changement de régime.

« A l’époque, Karenjy a réussi à produire environ une centaine de voitures. Après études et prospection, Le Relais Madagascar a décidé d’en reprendre les rennes pour une réouverture de l’usine en 2009. D’où le choix de terminer les modèles des années 80 et le lancement de Mazana. Depuis sa réouverture, 2 modèles ont été produits, à savoir Mazana et Lanja. Le 1er véhicule modèle Mazana a été disponible en version cabriolet et en version berline. D’autres variantes comme Jejo, Iraka version 2 roues motrices, et Faoka version 2 roues motrices s’en suivaient. Concernant les 3 actuels prototypes de Mazana II, le premier a été réalisé en avril 2015 tandis que le second en juin 2015. C’est ce deuxième prototype qui est actuellement en France pour obtenir l’avis de nos partenaires. Le troisième prototype a quant à lui été réalisé en septembre 2015. Il y a une nette différence entre le premier et le troisième prototype mais ils ont les mêmes performances. Présentement, le modèle que nous fabriquons le plus est le Lanja qui existe aussi en version pick up dont nous prévoyons de terminer la production fin 2016. A noter que nous travaillons maintenant avec Peugeot » a expliqué Clément Warnier.

Des projets plein la tête

Lui de continuer le que premier objectif du groupe « Le Relais Madagascar SARL » est la création d’emploi. En effet, outre la branche « Karenjy », le groupe œuvre également dans le domaine de la friperie (100 employés essentiellement composés de petites gens et d’individus en phase de réinsertion sociale). Il y a également l’atelier de couture (confection et création de vêtements de travail entre autres).

Vient ensuite le troisième projet axé sur l’agriculture (décortiquerie de riz) à 35 km de Fianarantsoa, à Isorana sur la route d’Ikalamavony, en corrélation avec le projet en partenariat avec la Commune urbaine de Fianarantsoa sur la collecte et le tri de déchets de la ville. D’où la production de compost (engrais) nécessaire à l’agriculture et à la ferme pilote afin de tisser des liens avec les paysans. Le groupe investit également dans le domaine du tourisme responsable avec les associations et partenaires locaux et dispose actuellement de 2 hôtels dont un à Toliara et un à Ranomafana.

« Nous travaillons en autofinancement. C’est pourquoi nous créons plusieurs activités à but socio-économique afin d’investir et de réinvestir dans d’autres domaines. Ces activités doivent cependant être rentables pour que la stratégie puisse marcher. Ce, afin d’honorer notre engagement sur la création d’emploi pour le développement de Madagascar » a-t-il conclu.

 

Imasindia