Entreprenariat social: Erwan Rabenevanana verse 1/3 de ses bénéfices dans la lutte contre la malnutrition

erwan_spiruline

Faisant partie de la médecine douce, la spiruline est un produit issu d’une algue qui aurait plusieurs vertus sur la santé. Parmi tous les producteurs et les vendeurs de spiruline se trouve une entreprise sociale « Spiruline de Madagascar » avec à sa tête un jeune homme déterminé à être un vecteur de changement.

Concept encore nouveau. Erwan Rabenevanana veut faire de son association productrice de spiruline basée Tuléar une future entreprise sociale et solidaire : « Le projet Spiruline de Madagascar Sociale et Solidaire (SMS’S) veut lutter durablement contre la malnutrition qui concerne 50% des enfants entre 0 et 5 ans à Madagascar en instaurant cette entreprise sociale et solidaire ». Pour ce faire, l’entreprise compte reverser 1/3 de ses rendements à cette lutte contre la malnutrition.

Business de famille

Une cause qui lui tient à cœur puisque selon lui, on peut très bien concilier altruisme et entreprenariat. Mais chez les Rabenevanana, la spiruline est une affaire de famille. En effet, son père fût l’un des pionniers en la matière puisque dans les années 80, il a effectué les premières recherches concernant les vertus de cette algue à Tuléar. Son beau-frère, quant à lui, s’occupe de la partie technique et qui affirme qu’en 2013 : « la production annuell est est de 750 kg de Spiruline sèche », ayant permis à 1900 enfants d’être traités de la malnutrition grâce à la distribution gratuite d’une partie de la production aux centres de soins partenaires.

Clientèle haut de gamme

Le projet SMS’S est, si l’on peut dire, « hybride » car partant de l’envie de faire de la lutte contre la malnutrition comme idée première avec tout de même l’objectif d’être viable grâce aux bénéfices de l’entreprise, il cible une clientèle haut de gamme. En effet, les produits offerts ne seront plus seulement sous forme de poudre granulée présentée dans un sachet de 25 g. Erwan Rabenevanana propose une multitude de variantes telles que les smoothies à base de spiruline avec des fruits choisis avec précision, n’altérant pas les qualités de la spiruline. Cette dernière est donc associée à l’ananas, à la banane et à l’orange.

Pour le moment, ces produits ne sont disponibles que dans des restaurants partenaires spécifiques, et bientôt dans des spas ou des instituts de beautés. Le défi est surtout de proposer un produit qui soit cohérent dans tous les points de distribution, avec les vertus propres à la spiruline. Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, la spiruline peut se consommer de différentes manières et on pourrait même bientôt espérer avoir tout un menu à base de spiruline.

 

La spiruline ou « Manà maitso » se retrouve sur le marché sous forme de poudre granulée. Riche en matières nutritives et en éléments minéraux, elle permettrait à celui qui le consomme d’avoir des apports énergétiques importants. Depuis une douzaine d’années, la spiruline est en libre circulation sur les marchés et ne nécessite pas une ordonnance du médecin, même si cela est recommandé. Plusieurs docteurs prescrivent la spiruline car, totalement naturelle, sa prise ne donne pas d’effets secondaires.

Selon le technicien spécialiste qui s’occupe de la production de « Spiruline de Madagascar », « la spiruline en poudre prête à être consommée ne doit pas être exposée à la lumière, de plus, elle doit être conservée dans un emballage spécial ». Des conditions que beaucoup de vendeurs de spiruline ne respectent pas.