La Franc Maconnerie à Madagascar (Part I: Le secret)

lobby (c) Rija Solo

Partie I : Le secret

 

Lorsque le temple de Salomon fut construit, « on n’a pas entendu le bruit du moindre marteau, pic ou autre outil de fer durant toute sa construction » (Verset biblique 1 R 6, 7). La construction de ce temple est à l’image de la quête spirituelle des Francs Maçons : discrète, silencieuse, laborieuse, et enveloppée du secret du trésor caché du roi Salomon, gardé précieusement dans ce temple qu’il a construit. Philippe Charuel a déclaré lors de la conférence publique du 28 mars au Café de la Gare que cette quête est une initiation à l’« art de bâtir le Temple idéal ».

L’Ordre des Templiers, ou Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, naît en 1129 pour combattre sous Richard III, dans le contexte des guerres saintes. Malgré des débuts modestes, il gagne en influence politique et financière dans les années 1300: assez pour que le Roi Phillipe IV se sente menacé et décide de mener une chasse à l’homme contre l’organisation. D’après la légende, des templiers, déguisés en maçons, s’enfuient vers Kilwinning et fondent en 1599 la première Loge Maçonnique d’origine Ecossaise.

Ces templiers détiendraient des secrets, liés notamment à la construction des cathédrales, qui seront petit à petit révélés aux initiés maçonniques au fil de leur ascension à des différents “degrés”.

Quelques siècles plus tard, en l’an 1785, quelques officiers de la Compagnie des Indes de la Loge Triple Espérance de Port-Louis de l’Ile Maurice, et de l’Obédience Grand Orient de France (GOF) inaugurent la première tenue organisée à Madagascar, lors de leur passage à Foulpointe. En 1890, La Grande Loge de France (GLDF) arrive à son tour et installe la loge Imerina.

En 1894, la GLDF a son premier inité. Un homme, les yeux bandés, s’avance au milieu de la loge, entre les trois colonnes symbolisant la force, la sagesse et la beauté. Quelques minutes plus tôt, il a prêté serment et juré fidelité.

“Vous engagez vous à garder jalousement les secrets et les mystères de la Franc-Maçonnerie?”

“Oui Monsieur”

Une fois initié au rituel, ce premier Maçon malgache est sensé recevoir la “Lumière”. D’abord “Apprentis”, il devra “dégrossir la pierre brute” avec le “Ciseau et le Maillet” pour pouvoir devenir “compagnon”. Ensuite il deviendra “Maître” pour pouvoir enseigner à ses prédécesseurs afin que la Franc Maçonnerie puisse étendre son réseau sur la Grand Ile.

Chronologie de l’extension de ce réseau :

En 1900, l’Obédience Grand Orient de France (G.O.D), à partir de  la Loge France Australe, se tourne aussi vers Madagascar.

Avec l’Indépendance de 1960, René RARIJAONA un éminent avocat initié en France, s’attèle à la création de l’Obédience Grand Rite Malgache (G.R.M) avec l’appui de quelques frères du G.O.F et du G.L.F et qui compte à ce jour 20 loges. Elle  assure la naissance de la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Malgache (GLTSM).

1980, avec l’influence de Maria de RESNES l’Obédience G.R.M  crée la première Loge féminine Lumière Et Espérance et assure l’initiation des femmes. En 1995, une tendance à l’émancipation des femmes entraîne la réalisation d’une Obédience  G.R.M  Femme.

1996, la Grande Loge Nationale de Madagascar (GLNM) voit le jour. La seule obédience dite régulière puisqu’elle respecte la constitution d’Anderson, texte fondamental de la Franc Maconnerie moderne.

1997, les hauts degrés  à partir du 4ème grade envisagent l’avènement de l’Obédience  Supreme Conseil de Madagascar avec l’ appui des obédiences  G.O.F, G.O.D.F et D.H.

2000, à l’avènement du nouveau siècle, toute la Franc-Maçonnerie de Madagascar verra la consécration de l’Ordre Maçonnique avec l’élévation de la Juridiction Malgache de Droit Humain.

En 2017, la Grande Loge Nationale de Madagascar qui regroupe les 12 loges du pays, accueillera dans nos murs la XVème Conférence Mondiales des Loges Régulières.
A suivre très prochainement : Partie II : La Franc Maçonnerie malgache et son influence politique.