Le transfert des centres d’appel SFR et Numéricable compromis

Callcentre

L’information s’est répandue depuis début mai ; SFR-Numéricable projette de délocaliser à Madagascar ses centres d’appel implantés au Maroc. Mais depuis il n’y a rien de concret dans la réalisation. Le projet de transfert se heurte en effet à des obstacles majeurs tant à l’étranger qu’à Madagascar.

Au Maroc, ce sont surtout les mouvements syndicaux qui posent problème. Depuis l’annonce par le groupe Altice, détenteur de SFR, de la réduction de la masse salariale en début d’année, il faut dire que les employés du groupe et de ses filiales sont sur le pied de guerre. Au Maroc, SFR a trois sous-traitant qui emploient près d’un millier de personnes.

Donc un millier d’emplois qui pourraient être récupérés par les parties malgaches. Le gouvernement malgache d’ailleurs ne pouvait que s’enthousiasmer à cette idée. Et cela à tel point qu’il a promis de former les jeunes au métier de téléconseiller. Mais apparemment, la chose est restée au stade de promesse. En tout cas, côté ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnel, rien de tel n’a été entrepris jusqu’ici.

Délestage encore et toujours

Mis à part cette opposition marocaine et cette inertie du gouvernement malgache, le projet de délocalisation se heurte à un autre obstacle majeur. Le problème d’électricité, le délestage qui sévit depuis plus d’une année à Madagascar. La Capitale et ses périphéries, où SFR devrait s’implanter n’échappent pas à ce problème.

Sinon, notre Ile est des plus attrayante. Madagascar est francophone et le coût salarial y est relativement bas par rapport à celui du Maroc. Le salaire pour le même travail est 60% moins cher : 500€ au Maroc contre 200€ à Madagascar. Ce serait d’ailleurs le principal motivation des responsables de SFR.

A noter par ailleurs que si SFR venait à délocaliser réellement ses centres d’appel à Madagascar, il utilisera ses propres infrastructures. On parle pour le moment d’un grand « call center » à implanter du côté de la Zone Forello de Tanjombato. Apparemment, le géant français ne fera pas appel à des sous traitant, du moins aux centres d’appel déjà implantés du côté d’Andraharo.