Louis Dreyfus Commodities investit dans les Pme agricoles malgaches

LOCUSTS - MADAGASCAR - FAO

Il n’y a pas que les produits du sous-sol qui intéressent les investisseurs étrangers à Madagascar. Ils  s’intéressent aussi aux produits plus ordinaires, ou plutôt aux produits liés  à la vocation de Madagascar : l’agriculture.   Le groupe agro-industriel LDC, Louis Dreyfus Commodities, annonce avec la société financière luxembourgeoise Bamboo Finance, fin octobre,  le lancement, en Afrique et à Madagascar, du « fonds Nisaba.»

Doté de 50 millions de dollars, ce fonds se veut être un véhicule  d’investissements d’impact dans les Pme agricoles d’Afrique subsaharienne. LDC est l’un des leaders mondiaux dans la transformation de produits agricoles et la  commercialisation d’une gamme variée de produits de base. D’après les responsables, le coût total des investissements atteindra les 50 millions Usd. Pour le démarrage,  Ldc annonce avoir injecté 10 millions Usd dans ce fonds.

Apparemment, Nisaba se focalisera essentiellement sur les Pme agricoles qui « combinent rendements sociaux, environnementaux et financiers à travers une efficacité opérationnelle  ameliorée…». Le groupe Louis Dreyfus Commodities s’est implanté à Madagascar depuis 2011 grâce à l’acquisition de la société « Scps-Sivex International » (SSI).   SSI dispose d’un vaste réseau de distribution en Afrique, qui tombe ainsi dans l’escarcelle de LDC.

Ce réseau couvre actuellement 8 pays dont Madagascar, par le biais de la SEPCM. Dirigé actuellement par Jean Eric Druetz, la SEPCM est plutôt spécialisée dans la distribution d’engrais. Le financement des Pme agricoles constitue ainsi une activité nouvelle pour le groupe à Madagascar. A l’étranger, ses activités vont du négoce de grains, d’huiles, de café, de coton, de jus d’agrumes, de sucre et de produits laitiers aux métaux, aux transports maritimes et aux engrais. En 2014, son chiffre d’affaires a atteint 64,7 milliards de dollars, pour un bénéfice de 648 millions de  dollars.