Sûreté aux aéroports : L’Occident imposera de nouveaux systèmes

Lancement travaux aéroport Ivato 5 2015-07-09

 

L’Union européenne vient de voter le 14 avril la mise en place du système PNR (Passenger name record) dans les aéroports des pays membres. Ce vote fait suite à cinq ans de débats et de tractations entre les membres. La France, notamment, a voulu faire amender un autre texte garantissant l’utilisation des données confidentielles par la police et par la justice. Ce qui a été acquis au moment du vote par les eurodéputés. Dorénavant, Air Madagascar va devoir partager avec les pays européens sur lesquels ses appareils atterrissent des données concernant ses passagers. Ceci rentre dans la lutte contre le terrorisme qui concerne dorénavant la Grande Ile et les pays de destination de la compagnie nationale, dont la France, grande victime d’actes de terrorisme ces dernières années.

De son côté, presque au même moment, les Etats-Unis ont discuté directement avec le gouvernement malgache sur cette question de la lutte anti-terrorisme. D’autant que Madagascar deviendrait un pays potentiellement cible lors de la tenue du Sommet de la Francophonie en novembre prochain. Les deux entités, à travers le ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie pour le côté malgache, viennent en effet de signer un accord sur la mise en place d’un système de sûreté dénommé Personal Identification Secure Comparison and Evaluation System (PISCES). Ce système sera opérationnel après la mise en place de matériel permettant de scanner le passeport biométrique et de remonter toutes les informations concernant le passager entre l’Etat malgache et les Etats-Unis.

Un matériel spécifique sera ainsi installé dans les aéroports malgaches, notamment à Ivato pour ce projet de sécurisation. Selon Steve Taylor, directeur du projet PISCES, « une équipe de techniciens américains ont déjà mené une étude d’évaluation des besoins de Madagascar en matière de sécurité (…) La mise en place de ce matériel dans le pays contribue à l’amélioration de la sécurité non seulement dans la Grande, mais aussi aux Etats-Unis ».

Absente lors de cette signature, l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) à travers un de ses techniciens confirme qu’il n’y a pas de doublons concernant le PISCES par rapport aux autres process de sûreté déjà installés. Par contre, aucun point n’a été soulevé concernant l’utilisation des données personnelles des passagers, alors qu’elles iraient vraisemblablement compléter la base de données de la National Security Agency (NSA) aux Etats-Unis, qui s’occupe directement de la sécurité intérieure américaine.