Tourisme à Madagascar : les institutions internationales y croient toujours

Mahambo-©-Felana-Rajaonarivelo-15

Le secteur du tourisme malgache étant en plein marasme, le gouvernement a été invité à travers la présence de son ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Ulrich Andriantiana, au Forum International sur le développement de l’exportation à Doha, au Qatar.

L’enjeu est de taille pour Madagascar quand on sait que le chiffre de 6% prévu sur la part du tourisme dans le PIB est révisé à la baisse après les difficultés subies par la compagnie Air Madagascar et, par conséquent, par tous les acteurs du secteur pendant la haute saison 2015. Le nombre d’emplois créés a espéré une croissance de 3% par an mais les choses se sont passées autrement. Le nombre d’emplois de 320.000 prévus dans le tourisme en 2019 s’est envolé comme une fumée.

Toutefois, Ulrich Andriantiana veut encore y croire, à l’approche de la mi-mandat de l’administration Rajaonarimampianina. Et pour cause, Arancha Gonzales, directrice exécutive de l’International Trade Center (ITC), qui a collaboré directement avec l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) et le gouvernement malgache sur la publication des perspectives du tourisme à Madagascar lors de ce forum, a encore martelé l’existence de potentialités sur la Grande Île pour redémarrer le secteur. Les trois institutions, OMT et l’ITC avec le gouvernement malgache, ont par ailleurs signé un accord de coopération de quatre années pour le tourisme. Ce partenariat a été conclu avec une enveloppe de 4 millions de dollars pour relancer prioritairement le secteur du tourisme.

Arancha Gonzales a en outre déclaré sans ambages : « Relancer la compétitivité au niveau de tous acteurs du secteur du tourisme à Madagascar conduira à une croissance réelle accompagnées de vraies opportunités pour le pays tout en créant de nouveaux emplois. En intégrant les PME du secteur, ce partenariat créera une nouvelle capacité sur toute la chaîne des acteurs du secteur et une offre globale valable pour Madagascar ».

Cet accord d’accompagnement sera probablement le dernier recours du gouvernement actuel pour relancer le secteur, après la nomination d’une nouvelle direction pour Air Madagascar et le début d’opérations de la compagnie privée Madagascar Airways. Une rencontre avec une équipe d’études de la compagnie Qatar Airways a aussi été organisé pour trouver des pistes de collaboration pour une nouvelle liaison entre le Qatar et Madagascar.