ZES de Fort Dauphin : Un projet mauricien de plus de 750 milliards ariary à Madagascar

Malgré les risques d’instabilité, l’île Maurice se dit prête à investir à hauteur de 250 millions Usd à Madagascar, soit plus de 750 milliards aiary dans l’agroalimentaire. Le gouvernement malgache projette de mettre en place une Zone Economique Spéciale (Zes) dans la région de Fort-Dauphin.

Le Board of Investment (l’agence de promotion de l’investissement mauricien) a laissé entendre que les mauriciens pourraient investir 250 millions USD dans une Zes qui sera créée dans la région de Fort Dauphin. Apparemment, l’île sœur veut rééditer une expérience réussie au Ghana dans la Zone économique exclusive de Tema. Le projet rentre dans la promotion à l’échelle continentale des entreprises mauriciennes.

Au mois de septembre dernier, Goburdun Datakarran, l’ambassadeur mauricien a rencontré le Premier Ministre malgache pour discuter de la manière de concrétiser un partenariat sur le projet de ZES concocté par Madagascar. Côté mauricien, on se dit prêt à apporter son soutien au projet, tandis que le Premier Ministre malgache a fait miroiter certains avantages fiscaux et des terrains de grande superficie à la disposition des investisseurs.

Fausse note

Selon le Premier Ministre, il y aura des avantages fiscaux pour certains investisseurs. Mais ces derniers pourraient vite déchanter si l’on se fie cette fois aux propos du Ministre d’Etat Rivo Rakotovao. Dans le feuilleton qui l’oppose à l’ancien Président Marc Ravalomanana, ce bras droit de Hery Rajaonarimampianina est venu marteler ces derniers jours que toutes les sociétés établies sur le territoire seront traitées sur le même pied d’égalité car ce serait-là, d’après lui, ce qu’attendent les investisseurs.

Pour les Mauriciens en tout cas, traitement de faveur ou non, le secteur de l’agroalimentaire les intéresse particulièrement. Il faut dire que l’idée de faire de la Grande Ile le grenier de l’Océan Indien est venue de l’inamovible mauricien secrétaire Général de la Coi.

Heureusement pour lui, cette vision cadre parfaitement avec la politique de développement du nouveau régime. Il y avait ce mois-ci le tout premier forum des paysans de Madagascar. 10.000 jeunes ruraux seront formés incessamment en agro-business, sans parler de la relance et du renforcement des « Maisons des paysans ».